Portraits d'enfants sur les billets de banque

Si, sur les billets de banque, les portraits de chefs d'État ou de personnages célèbres sont courants, en revanche, les représentations d'enfants sont rares. Elles symbolisent l'espoir en un avenir radieux.

Au premier abord, représenter des enfants sur des billets de banque peut sembler surprenant : nous sommes plutôt habitués à y trouver des portraits des souverains, des présidents, des héros nationaux, tels que généraux, réformateurs, savants ou artistes - c'est-à-dire des adultes célèbres devant servir de modèle. Pourtant, les figures d'enfants possèdent elles aussi des vertus symboliques. Elles rappellent aux adultes la pureté, le besoin de protection des plus faibles et le devoir d'assurer l'avenir.

FIGURES ALLÉGORIQUES
Au XIXe siècle, les reproductions d'êtres humains célèbres étaient rares ; on préférait en effet personnifier certaines abstractions, telles que la patrie, la volonté de défense ou la justice, sous les traits d'une déesse et dans le style classique. Ces figures allégoriques étaient souvent accompagnées d'autres personnages symboliques qui représentaient l'industrie, l'agriculture et le commerce dont dépendait la prospérité du pays.
Bon nombre de monnaies locales aux États-Unis divergeaient de ces représentations standard. Elles montraient plus volontiers des scènes idylliques de la vie quotidienne dans les quelles les enfants apparaissaient de façons très diverses. On ne reculait pas devant les reproductions les plus kitsch : cela allait des petites filles aux yeux immenses et aux cheveux bouclés jusqu'aux esclaves noires portant dans leurs bras leur bébé jouant avec une branche de coton...

BRITANNIA RAJEUNIE
Les évocations de l'Antiquité durèrent jusqu'au XXe siècle. Dès 1920, les billets de banque italiens étaient ornés de la célèbre statue de la louve allaitant Remus et Romulus, les fondateurs légendaires de Rome, et donc de l'Italie. Le plus souvent, les villes étaient personnifiées par des figures féminines dans le plus pur classicisme, comme continue de le faire de nos jours la Banque d'Angleterre avec Britannia. Si cette dernière était généralement représentée comme une femme mûre, c'est en 1963 qu'elle apparut sur la coupure de 5 livres sous les traits d'une fillette. La fille du graphiste auteur du dessin avait servi de modèle.

ADULTES ET ENFANTS
Les images d'enfants sur les billets représentent la responsabilité de l'État envers ses citoyens : l'État se soucie de leur approvisionnement et de leur protection. Sur un billet allemand de 1903 trône Germania, munie de sa couronne, d'une armure et d'un bouclier, un enfant nu à son côté, sur la main duquel s'est posée une colombe de la paix tenant un rameau d'olivier dans son bec. Sur un billet tchèque des années trente, on voit une femme faisant la lecture à un jeune garçon et à une fillette qui, agenouillés à ses pieds, l'écoutent attentivement. Dans ces exemples, la relation entre enfant et adulte symbolise l'État protecteur des citoyens et garant de la paix.

LA MÈRE PATRIE ET SES ENFANTS
Dans les années trente et quarante, les puissances coloniales utilisèrent l'image de la mère et de l'enfant comme allégorie de leurs rapports avec les peuples colonisés. L'incapacité de l'enfant à se débrouiller seul et son besoin de protection devaient illustrer le statut inférieur des colonies, qui ne pouvaient que profiter de la tutelle de la métropole.
Sur un billet algérien émis au temps de la domination française, on peut voir un jeune garçon offrant des fruits à une femme munie d'un bouclier. Sa main posée sur l'épaule du garçon, elle lui désigne un livre ouvert. La colonie avait à produire des denrées alimentaires pour la mère patrie et recevait en retour les bienfaits de la civilisation.
De l'Afrique occidentale française nous vient une image un peu moins matérialiste, toujours issue de la même époque : on y voit une personnification de la France se tenant auprès d'une jeune indigène et de son bébé. Une de ses mains est posée, dans une attitude protectrice - ou possessive -, sur l'épaule de la jeune femme, tandis que le bébé tient fermement son autre main.

CONTRE LA FAIM ET LA TYRANNIE
Avec la fin de l'ère coloniale, la thématique des billets de banque a changé. De nombreux États veillent aujourd'hui à montrer leur glorieux passé sous un jour authentique et arborent avec fierté leurs conquêtes modernes. Un billet de Somalie a pour thème la lutte contre la tyrannie et la faim : une jeune femme portant un bébé dans un grand foulard noué autour d'elle brandit victorieusement un fusil et une houe.
Mais la plupart des images d'enfants, de nature pacifique, se présentent souvent en rapport avec les thèmes de l'héritage culturel, de l'éducation et de la démocratie. Certains billets brésiliens montrent des enfants lisant ou parlant avec des personnalités connues. Dans d'autres pays aussi, les écoliers symbolisent le devoir d'entretenir l'héritage culturel national. Un billet cambodgien est illustré de quatre enfants souriants qui écoutent attentivement leur professeur. Sur un billet israélien, on peut voir une fillette penchée sur ses livres d'école et écrivant avec application.
Il est intéressant de noter que les reproductions d'enfants jouant sont rares. Mais la Commercial Bank of Scotland fait exception. Vers 1940, elle a émis un billet où l'on voyait une rue d'Édimbourg cent ans auparavant : des familles se promènent, une mère regarde la poupée de sa fille et un garçonnet joue avec un pneu.
Un billet brésilien de 1989 commémore le centième anniversaire de la république : une mère coud le drapeau de la république, un bébé est à ses pieds et une petite fille apporte du tissu.

RÊVES D'ENFANTS
Un billet brésilien plus récent dénote une grande fantaisie : absorbé dans la lecture d'un livre, un garçon est entouré d'étoiles, de planètes, de bateaux, de fleurs, de papillons et de danseurs. Ici les symboles de l'héritage culturel sont intégrés aux rêves d'un enfant.
Il arrive que des thèmes semblables se rencontrent dans des pays très différents : un billet yougoslave des années vingt et un billet de l'Afrique occidentale française des années quarante montrent des femmes et des fruits, symboles de fertilité et de prospérité. Sur ces deux billets, les femmes portent dans leurs bras leur enfant qui joue avec la chaîne qu'elles ont au cou.

(c) Éditions Atlas  (sauf billets de banque)



Pour l'achat de billets de banque de collection, visitez mon site www.monnaiesdumonde-shop.fr

Ce site est le reflet d'une collection personnelle de billets de banque. Il n'a pas de but économique, géopolitique ou historique. Certains billets présentés n’ont plus cours légal dans leur pays d’origine ; certains pays et/ou certaines devises n’existent plus.
La copie du site, de son contenu (même partiel) et la redirection des images sont strictement interdites. © David NISON - 2003/2017 - Tous droits réservés