La flore sur les billets de banque



Si les végétaux ont toujours été une source d'inspiration pour illustrer les billets de banque, cela tient en partie aux qualités ornementales des fleurs et des feuilles ainsi qu'à la valeur symbolique des plantes, évoquant des qualités recherchées ou la fierté nationale.

Si, sur les premiers billets, les végétaux n'avaient qu'un rôle ornemental, l'aspect symbolique n'était toutefois pas absent. Le style néoclassique populaire en Europe au XIXe siècle adopta les motifs de feuilles d'acanthe et de chèvrefeuille ou les personnages coiffés d'une couronne végétale. La tendance au sentimentalisme de l'époque encouragea la réalisation de bordures et de panneaux décoratifs ornés de fleurs, bien qu'on y remarque la présence d'emblèmes patriotiques. Le graveur britannique Thomas Bewick donnait libre cours à sa passion de la nature sur les billets qu'il décorait par des vignettes ornées de guirlandes ou de fleurs ; il grava même le nom d'une banque émettrice en lettres ayant la forme de roseaux courbés par le vent.

IMAGES D'ABONDANCE
Les images monétaires sont généralement puisées dans une collection d'emblèmes, notamment ceux de la fortune et de la chance. Le froment paraît plus fréquemment que toute autre plante sur les billets comme symbole d'abondance et de fertilité. Ces représentations se déclinent depuis une figure allégorique classique en Amérique, en 1854, jusqu'à l'image d'une mère et de son enfant au Viêt Nam, un siècle plus tard. Elles ont en commun le fait que les femmes portent du blé et une faux, une représentation du cycle continu des semailles et des moissons. D'autres céréales, comme le maïs ou le riz, jouent le même rôle.
À la fois emblème de victoire et de paix, de fertilité et d'opulence, la branche d'olivier a, elle aussi, une longue tradition sur le papier-monnaie. Les premiers billets de la Banque d'Angleterre montraient Britannia portant une branche d'olivier, et sur un billet allemand des années 1900, on voit une colombe posée sur la main d'un enfant et tenant une branche d'olivier dans son bec - symbole d'espoir et de paix.
Les banques cherchaient sans cesse à rassurer leurs clients sur leur santé financière. À cet effet, le chêne était le parfait symbole de force, de protection et de stabilité. On le rencontre souvent sur des coupures émises par des banques régionales de Grande-Bretagne, peut-être pour rappeler que, comme le chêne, qui se développe à partir d'un petit gland, la fortune récompense de petites économies. Le vin et les raisins promettent de plus amples richesses encore. Un billet émis en Martinique dans les années quarante montre une allégorie féminine avec un bébé potelé et un panier débordant de grappes de raisin avec lesquelles le bébé joue. Les billets émis en Inde au XIXe siècle s'ornent de fleurs de lotus, symbole de création, de croissance et de renouveau. Sur certaines coupures chinoises, des thèmes analogues sont illustrés par des plantes aussi populaires dans la peinture chinoise - les bambous, les chrysanthèmes, les pins et les pruniers en fleurs.

ÉPOQUE MODERNE
L'usage symbolique des végétaux s'est poursuivi au cours du XXe siècle. La Suisse et la Roumanie ont émis des billets décorés de scènes figurant des mères et leur enfant cueillant des pommes. Représenter une mère et son enfant près d'un pommier renforce l'idée d'une nation prospère, nourricière et guidant son peuple.
Sur nombre de monnaies, la croissance économique est évoquée par des scènes de semailles ou de moisson des cultures vivrières. Le riz paraît ainsi sur des billets vietnamiens et bengalis - pour rappeler, notamment dans un pays fréquemment exposé aux catastrophes naturelles comme le Bangladesh, que les aliments de base sont des denrées précieuses. Des cultures vivrières plus exotiques sont représentées en Guinée (bananes et ananas), au Ghana (noix de coco), en Centre-Afrique, au Costa Rica et à Haïti (café). D'importantes cultures non destinées à l'alimentation sont aussi montrées, comme les plantations forestières et l'exploitation du bois sur des billets du Canada et d'Afrique, cependant que les États d'Amérique du Sud, la Syrie et le Malawi ont choisi de représenter la cueillette du coton. Les images les plus révoltantes se trouvent sur des billets du XIXe siècle émis aux États-Unis et montrant des esclaves dans les champs de coton sous un jour qui donne une fausse image de la réalité et du conflit entre Nord et Sud qui aboutit à la guerre de Sécession.

FLORES NATIONALES
Les espèces végétales illustrent agréablement l'identité régionale ou nationale. Au XIXe siècle, les graveurs britanniques choisissaient de représenter des palmiers sur les billets à l'usage des colonies situées en Asie. Aujourd'hui, ces arbres sont encore présents sur certaines coupures mais pour vanter les plages des pays exotiques.
Par contraste, les billets finlandais ont longtemps montré des arbres pour évoquer l'hiver boréal. Les images monétaires traditionnelles des années 1880 comportent les armes de la Finlande entourées de branches d'épicéa. Dans les premières années du XXe siècle, la Banque de Finlande a recherché les illustrations les plus typiques du pays. Il s'agissait, entre autres, de symboles de l'industrie nationale, mais surtout d'éléments du paysage naturel, considéré comme un attribut essentiel de l'identité finnoise. Pour témoigner de l'importance de l'exploitation forestière, les arbres prédominent, depuis l'épicéa enneigé jusqu'au bouleau et au tremble. Un pin majestueux est visible au revers du billet de 1 000 markkaa. Un climat très différent émane du papier-monnaie moderne de pays comme Singapour ou les Seychelles, qui recourent à des images très colorées de leur flore. Vers la fin des années soixante, par exemple, Singapour a émis une série de billets représentant neuf variétés d'orchidées. Les plantes peuvent aussi être associées à des figures nationales. Ainsi, une coupure belge comporte des fleurs et une serre de la résidence royale, tandis qu'une coupure suédoise montre une abeille butinant une fleur pour accompagner le portrait de Carl von Linné (1707-1778), dont le système de classification des espèces végétales et animales est encore utilisé de nos jours. Des billets de la Banque d'Angleterre ont célébré la mémoire d'Isaac Newton en montrant son portrait sur une face et une branche de pommier en fleurs afin de se rappeler sa découverte du principe de gravité.

BELLE APPARENCE
Certaines fleurs semblent avoir été choisies pour des raisons purement esthétiques. L'une des plus populaires est la fleur de tournesol, qui orne des billets des Seychelles, de la Suisse et des Pays-Bas.

 

EN BREF

ROSES ROMANTIQUES
Les roses, cultivées dès l'Antiquité, sont connues dans le monde entier. Sur les billets, elles paraissent souvent entrelacées avec d'autres végétaux dans des motifs raffinés, mais elles peuvent aussi figurer seules. Leurs significations symboliques sont multiples, depuis le caractère éphémère de la vie jusqu'à la régénération et l'éternel printemps. Dans les années cinquante, le papier-monnaie bulgarie célébrait la culture des roses comme élément à part entière de l'économie nationale. Les symbolisent aussi le romantisme, même sur les billets. Ainsi, le billet de 5 livres de la Clydesdale Bank, en Écosse, montre le poète Robert Burne (1759-1796) avec une rose sauvage, rappelant ses vers « My love is like a red, red rosee Thats newly sprung in June ». (« Mon amour est comme une rouge, rouge qui vient d'éclore en juin. »)

(c) Éditions Atlas  (sauf billets de banque)






Ce site est le reflet d'une collection personnelle de billets de banque. Il n'a pas de but économique, géopolitique ou historique.
Certains billets présentés n’ont plus cours légal dans leur pays d’origine ; certains pays et/ou certaines devises n’existent plus.
© David NISON - 2003/2017 - Tous droits réservés
La copie du site, de son contenu (même partiel) et la redirection des images sont strictement interdites.

Pour l'achat de billets de banque de collection, visitez mon autre site www.monnaiesdumonde-shop.fr